Rechercher
  • Amélie Laurent

La contraception, une « affaire de femmes » ?


« La sexualité, en plus d’être un plaisir, c’est une responsabilité »

Une responsabilité seulement pour la femme ou une responsabilité partagée, où chacun des partenaires se sent concerné ?


De plus en plus de femmes se détournent chaque année de la pilule contraceptive, conscientes des répercussions sur leur santé et l’environnement.


L’emblème de la libération sexuelle serait-elle devenue une contrainte dont aujourd’hui les femmes souhaiteraient volontiers se passer ?

Sabrina Debusquat, dans son livre « j’arrête la pilule » qui s’appuie sur des études scientifiques et des témoignages de femmes, parle de « perturbateur endocrinien, produit cancérigène de première catégorie, et véritable castrateur chimique ». La prise de pilule agit sur la libido, et sur le moral…


Le constat est posé. Mais il laisse place à une interrogation : vers quelles alternatives se tourner pour gérer sa fertilité ?


Comme le souligne la vidéo « et tout l’monde s’en fout » d’Axel Lattuada qui a le mérite de traiter pertinemment du sujet, et si les hommes se sentaient aussi concernés ? Une prise de conscience partagée, c'est déjà une étape.


En tant qu’intervenante scolaire en éducation affective et sexuelle, je plaide pour qu’une information claire, juste et positive, soit donnée aux jeunes, filles ET garçons, sur le fonctionnement des organes génitaux et du cycle menstruel.

Avant de prendre la pilule, avant de commencer leur vie sexuelle, les jeunes devraient savoir comment ça se passe dans leur corps, de façon à comprendre les enjeux possibles d’une relation sexuelle.


Hier j’étais avec des jeunes filles de 3e en intervention. L’une d’elles a partagé au groupe : « moi j’ai déjà une vie sexuelle, j’ai déjà eu plusieurs partenaires, mais je n’ai pas de rapports protégés. C’est grave ? »

Je me suis retenue de répondre du tac au tac : « oui c’est grave ».

J’ai pris ma respiration : « toi, tu en penses quoi ? Qu’est-ce qui pourrait arriver ? ».

Suite aux explications physiologiques et aux partages dans le groupe s’est opérée une prise de conscience. Elle a demandé où trouver des lieux ressources pour trouver de quoi se protéger… Et a commencé à se poser des questions sur l’implication de chacun des partenaires dans la relation sexuelle.


Et si réfléchir à la contraception, c’était aussi ouvrir la possibilité de réfléchir à ce que chacun veut vivre en matière de sexualité ?

36 vues0 commentaire